Jean-Luc Maillard - Video et informatique
L ’ INFORMATIQUE Plus qu’une passion !
Carte perforée

L’origine de ma passion

pour l’informatique

Je pense que c’est mon grand-père, Joseph Sente qui m’a le premier intéressé à ces machines qui calculent que l’on nomme ordinateurs. Il était en effet comptable à Huy ( maison Paulus un grossiste en lainages, textiles, …) . Comme j’allais pratiquement chez mes grands-parents tous les jours, je le voyais souvent travailler le soir dans ses grands livres de comptes. Il m’impressionnait beaucoup car il calculait mentalement à une vitesse vertigineuse. Il m’a d’ailleurs appris beaucoup de “ses trucs” pour calculer, comme il disait, et je crois bien que si je ne suis pas trop mauvais en ce domaine, c’est grâce à lui ! Et que dire, alors, de cette calculatrice mécanique , semblable à celle ci-dessus, avec laquelle je faisais mes calculs. C’était autre chose que les calculettes actuelles !!!! Quel monstre, mais avec le recul, quelle machine fabuleuse et quel mécanisme merveilleux ! ( voyez la vidéo ci-dessous ) Et puis, il y a eu ce jour je me suis rendu avec ma mère au magasin Paulus. Chaque fois, c’était le même scénario : pendant que maman dévalisait le magasin, j’allais retrouver mon grand-père dans son bureau ! Et ce jour-là, il m’a présenté sa nouvelle calculatrice : une machine qui calculait toute seule en mangeant des cartes perforées !! Pour moi, c’était magique ! C’est un peu ainsi qu’est née, chez moi, cette passion qu’est l’informatique.
L'addition est un jeu d'enfant... Une jeune demoiselle apprend ici la façon de faire des additions sur une calculatrice Brunsviga. Et elle découvre toute seule la soustraction...
La calculatrice mécanique
Léon ZITRONE interviewe un fabricant de machines utilisant les cartes perforées. Il explique l'utilisation de ces cartes et leur fonctionnement et fait une démonstration de perforation en direct
Cliquez la calculatrice pour visionner la vidéo
Cliquez la carte perforée pour visionner la vidéo
Suite -> Suite ->
<- Précédente <- Précédente
L’ORIGINE DE CETTE PASSION L’ORIGINE DE CETTE PASSION L ’ INFORMATIQUE Plus qu’une passion !
Carte perforée

L’origine de ma passion

pour l’informatique

Je pense que c’est mon grand-père, Joseph Sente qui m’a le premier intéressé à ces machines qui calculent que l’on nomme ordinateurs. Il était en effet comptable à Huy ( maison Paulus un grossiste en lainages, textiles, …) . Comme j’allais pratiquement chez mes grands-parents tous les jours, je le voyais souvent travailler le soir dans ses grands livres de comptes. Il m’impressionnait beaucoup car il calculait mentalement à une vitesse vertigineuse. Il m’a d’ailleurs appris beaucoup de “ses trucs” pour calculer, comme il disait, et je crois bien que si je ne suis pas trop mauvais en ce domaine, c’est grâce à lui ! Et que dire, alors, de cette calculatrice mécanique , semblable à celle ci-dessus, avec laquelle je faisais mes calculs. C’était autre chose que les calculettes actuelles !!!! Quel monstre, mais avec le recul, quelle machine fabuleuse et quel mécanisme merveilleux ! ( voyez la vidéo ci-dessous ) Et puis, il y a eu ce jour je me suis rendu avec ma mère au magasin Paulus. Chaque fois, c’était le même scénario : pendant que maman dévalisait le magasin, j’allais retrouver mon grand-père dans son bureau ! Et ce jour-là, il m’a présenté sa nouvelle calculatrice : une machine qui calculait toute seule en mangeant des cartes perforées !! Pour moi, c’était magique ! C’est un peu ainsi qu’est née, chez moi, cette passion qu’est l’informatique.
L'addition est un jeu d'enfant... Une jeune demoiselle apprend ici la façon de faire des additions sur une calculatrice Brunsviga. Et elle découvre toute seule la soustraction...
La calculatrice mécanique
Léon ZITRONE interviewe un fabricant de machines utilisant les cartes perforées. Il explique l'utilisation de ces cartes et leur fonctionnement et fait une démonstration de perforation en direct
Cliquez la calculatrice pour visionner la vidéo
Cliquez la carte perforée pour visionner la vidéo
CHEZ JEAN-LUC
CHEZ JEAN-LUC
CHEZ JEAN-LUC