Mis à jour le 05/01/2017 - © Jean-Luc Maillard (2017)
  Je dirai ma campagne parce qu’elle est spéciale. Ce   matin   du   10   mai   égrena   ses   heures   sous   un   soleil   bienfaisant.   Nous   attendions   les   instructions.   Elles arrivèrent   au   début   de   l’après-midi   :   nous   devions   rejoindre   la   route   qui   menait   à   Ninove   et   nous   placer   de   part   et d’autre   de   la   chaussée   le   plus   possible   à   l’abri   des   regards.   C’est   là   que   nous   eûmes   la   surprise   de   voir   passer devant   nous   quelques   véhicules.   C’étaient   des   voitures   tout   terrain   à   déplacement   rapide,   chargées   de   soldats britanniques. Ce seront d’ailleurs les seuls que nous verrons durant les 18 jours. Nous   attendions   camouflés   au   bord   de   la   chaussée.   Nous   vîmes   apparaître   au   loin   des   autobus   (tous   les mêmes,   il   s’agissait   d’autobus   de   la   région   bruxelloise   surmontés   de   pancartes   publicitaires).   On   nous   fit   embarquer dans ces véhicules et nous voilà partis pour une destination inconnue. La   colonne   roulait   prudemment   et   lentement. Bientôt,   la   nuit   tomba.   Nous   n’avions   aucune   idée   de l’endroit   où   on   nous   emmenait   ni   des   évènements qui se passaient sur la première ligne de défense. Notre   périple   prit   fin   pendant   la   nuit.   On   nous débarqua   à      Wespelaar   .   Nous   étions   à   l’orée   d’un bois   avec   devant   nous   des   pâturages.   Ce   n’est   que   le   matin   que nous   aperçûmes   au   loin   les   premières   habitations   :   elles   étaient   au moins     à     300     mètres.     Le     lieutenant     qui     nous     avait     désigné l’emplacement    que    nous    devions    occuper,    nous    avait    donné    les objectifs   à   particulièrement   surveiller.   Ensuite,   nous   avions   construit un abri avec des branchages. Pendant   les   trois   premiers   jours,   il   ne   se   passa   rien.   Mais,   de temps    en    temps,    on    entendait    au    loin    gronder    le    canon.    Sinon, aucune nouvelle ne filtrait sur la situation des belligérants. Un      beau      matin,      nous reçûmes   la   visite   d'un   aumônier.   Il   était   accompagné   par   l'ordonnance   du   lieutenant.   Il   bénit   le groupe et donna la communion à ceux qui le désiraient. La   nuit   tomba.   L'artillerie   se   mit   à   tirer.   Cela   n'arrêta   pas   durant   toute   la   nuit.   On entendait   les   feuilles   trembler   au-dessus   de   nos   têtes   à   chaque   passage   d'obus.   Cela   ne cessa qu'à l'aube. Pendant   la   nuit,   j’avais   été   envoyé   en   patrouille   avec   deux   hommes   pour   inspecter   ce qui   se   passait   devant   nous.   On   nous   avait   donné   un   mot   de   passe.   Nous   avions   marché   trois cents   mètres   lorsque   nous   rencontrâmes   un   militaire.   Il   ne   connaissait   pas   le   mot   de   passe   ! On   ne   le   lui   avait   pas   donné   !   Il   nous   renseigna   sur   le   chemin   à   suivre   pour   nous   rendre   aux barrières de protection qui avaient été construites pendant la mobilisation. Nous   avons   marché   un   bon   bout   de   temps   en   inspectant   à   gauche,   à   droite   dans   le   noir. Nous   n'avions   rien   remarqué   d'anormal.   Je   décidai   donc   de   rebrousser   chemin   et   de   rejoindre notre poste de défense. Je pus enfin dormir un peu. La   journée   suivante   se   passa   calmement.   De   temps   en   temps,   on   entendait   des   rafales d'armes    automatiques,    des    tirs    d'artillerie    et    le    passage    d'avions    haut    dans    le    ciel.    Au crépuscule,   les   tirs   d'artillerie   reprirent   comme   la   nuit   précédente.   Mais   au   milieu   de   la   nuit,   je fus   réveillé   par   le   lieutenant   qui   m'avertit   que   nous   devions   décrocher   et   aller   rejoindre   une grand   route   pas   très   éloignée.   Nous   abandonnâmes   de   suite   notre   position   et   nous   rendîmes au lieu indiqué.    Nous   étions   à   peu   près   les   derniers   à   rallier   le   lieu   de   rassemblement.   La   colonne regroupée,   nous   partîmes   immédiatement   partagés   en   deux   files   de   part   et   d’autre   de   la chaussée.   On   avait   beau   questionner   les   supérieurs,   c’était   au   compte-goutte   qu’on   nous répondait. Nous battions en retraite, évidemment. La   troupe   sans   bruit   marchait,   marchait.   Le   commandant   et   les   lieutenants   portaient leurs hommes et nous incitaient à nous dépêcher. Nous   arrivâmes   à   hauteur   de      Vilvorde,   au   canal   de   Willebroek.       Quelques   gendarmes nous   firent   courir   pour   traverser   le   canal.   On   nous   disait   que   d’ici   quelques   minutes,   le   pont sauterait.   Quelle   débandade   !   C’était   inimaginable.   Je   vois   encore   la   cuisine   et   le   matériel   tirés par   des   chevaux   au   milieu   du   pont.   Pauvres   bêtes   !   Elles   se   demandaient   certainement   ce qu’on leur voulait, pourquoi on les obligeait à courir pour franchir ce pont. Après   cette   péripétie,   nous   reprîmes   notre   marche   pendant   quelques   kilomètres   en   direction   d’Alost. A   un   moment   donné,   on arrêta   la   colonne.   C’est   là   que   je   me   rendis   compte   que   c’était   la   débâcle   !   Des   unités   entières   passaient   à   côté   de   nous,   fuyant   vers l’ouest, encore plus en désordre que nous ne l’étions. Nous commencions à être très démoralisés… Après   cette   halte   de   deux   heures   au   moins,   nous   nous   étions   un   peu   reposés.   La   colonne   se   remit   en   route   vers   l’ouest.   On marchait   quelques   centaines   de   mètres,   on   s’arrêtait   et   on   se   couchait   là   où   nous   ne   pouvions   pas   être   vus.   Après   quelques instants, on se remettait en route. C’est   vers   six   heures   du   soir   que   l’on   s’arrêta   pour   de   bon.   Nous   apprîmes   qu’un   bataillon   avait   été   désigné   pour   rester   en arrière-garde afin de protéger notre retraite.
Albert Maillard Véhicule tout terrain anglais Autobus bruxellois 1940 Soldats belges 1940 et chevaux
Véhicule tout terrain anglais
Autobus bruxellois 1940
Artillerie allemande
Artillerie allemande
Soldats belges 1940 et chevaux
Suiv. Préc. Suiv. Préc.

Ma campagne des 18 jours (1/4)

Réalisation Jean-Luc Maillard
Retour haut de page